Nous étions pourtant le 13 août, nous nous serions cru un bon 13 octobre ! Mais faisant fi de la pluie et de la grisaille matinale, 15 gogos se sont retrouvés à Houdemont pour effectuer le parcours proposé par Gégé.

Sur le départ, Laurence, Hervé, Isa 1, Maga, Betty, Gégé, Jeanne, Christian, Didier, Patricia, Gizou, Jean-Michel, Marie-Carmen, Jacqueline et Aurélie.

Après avoir effectué un petit radio-guidage auprès d'Aurélie et Jacqueline, un peu perdues dans les méandres de Houdemont village, nous avons attaqué après un petit café, la randonnée de 11 km depuis le parking du château d'eau.

Notre parcours nous mena vers le camp d'Affrique :

La cité d'Affrique ou camp d'Affrique (parfois orthographié Afrique) est un site archéologique datant de 500 ans avant notre ère, situé sur les communes de Messein et Ludres. Plusieurs fouilles ont été effectuées vers le XIXème siècle, et quelques poteries et pointes de flèches y ont été retrouvées. Le site a donné son nom au club de tir à l'arc de Ludres : La Flèche d'Affrique.

En chemin, Gégé nous donna quelques explications sur le site.

Le camp de la cité d'Affrique, implanté à l'extrémité sud-est du plateau de Haye, semble avoir été occupé dès le Ve siècle av. J.-C. Deux enceintes distinctes ont été édifiées à cette époque ; l'enceinte principale, d'une superficie de 5 hectares, était protégée par une double fortification large de 55 mètres. L'enceinte secondaire, appelée « Vieux marché », a été aménagée sur une terrasse descendant vers Ludres.

L'extrémité de l'éperon fortifié surplombe une falaise, où s'ouvrent d'anciennes galeries de mines. Des outils de mineurs celtes y ont été retrouvés. La découverte d'un atelier de bronzier atteste, par ailleurs, de l'existence d'une production métallurgique dans l'enceinte fortifiée. La cité d'Affrique jouait probablement un rôle économique important dans la production, et vraisemblablement la commercialisation d'objets en bronze, notamment de fibules typiques de la période hallstattienne.

Si l'activité minière du site est très probable dès l'époque celtique, il ne faut cependant pas en faire un grand centre d'exploitation minière, ni surévaluer son activité métallurgique. La découverte de scories ne signifie pas que la réduction du minerai se faisait sur place. Les fouilles n'ont pas encore livré de vestiges de bas-fourneaux métallurgiques, pas plus qu'elles ne laissent supposer une activité de forge.

La fouille des remparts principaux a révélé qu'ils ont été construits selon une technique alliant la pierre, l'argile et la chaux. Celle-ci, produite sur place constituait le cœur du rempart. Appartenant à la famille des remparts calcinés, le rempart de Messein pourrait résulter d'un acte de construction et non de destruction comme cela est parfois supposé.

L'habitat semble avoir été localisé principalement le long des remparts intérieurs et en bordure de falaise.

A 12h30 sonna l'heure de la pause repas : A l'abris, je vous prie ! Après avoir dégusté les bons nougats d'Ardèche d'Aurélie et les mirabelles de Jeanne et Christian, nous avons fait un petit cours de gym sur le plateau. En tête, Jeanne, suivie de Betty, Laurence, Didier et Jean-Mi. :-)

Sur le retour, nous avons pu admirer les belles villas sur les hauteurs de Houdemont. Gizou est repartie plein de souvenirs en tête de ses tendres années passées dans ce bourg. ;-) Nous avons même pu apercevoir son ancienne demeure.

Un beau parcours. Malgré la pluie, nous avons passé un moment convivial.

Prochain RV : le 27 août pour les InterGogos. ☺♥