Rando à Gogo mais pas trop tôt

15 novembre 2017

RandoMai 2018 : convention signée !

La signature de la convention RANDOMAI 2018 a eu lieu ce jour.

Nous soutiendrons cette année l'association DU SPORT PLEIN LA VUE dont l'objectif est de faciliter l’accessibilité des déficients visuels dans tous les domaines en particulier culture, sports adaptés et loisirs, mais également de favoriser les échanges entre déficients visuels et toutes personnes concernées ou intéressées par ce type de handicap.

Nous vous donnons d'ores et déjà RV le 13 mai 2018 pour notre prochaine édition de RANDOMAI (randonnée de 10 km au départ de DIEULOUARD). Encore une superbe journée de partage à venir !  

Signature convention RANDOMAI 2018

Posté par randoagogomptt à 19:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 octobre 2017

Sous le soleil exactement !

C'est une belle randonnée que nous avaient concocté Michel et Nathalie hier à AINGERAY. Grand Merci à eux.

Sur le départ 32 gogos dont nos 2 derniers arrivés Anne-Marie et Laurent à qui nous souhaitons la bienvenue. ☺

Au côté de notre chef de file du jour (Michel) se trouvaient Nathalie, Isa 1, Magalie, Denis, Simone, Betty, Dominique, Gizou, Guy, Bernadette, Christine, Laurence, Hervé, Martine, Roland, Didier, Patricia 1, Jacqueline, Colette, Claudine, Alain, Françoise, Catherine, Jean-Michel 2, Patricia 2, Gilles, Aurélie, Christian, Jeanne, Anne-Marie et Laurent.

Nous sommes partis en ce dimanche 15 octobre par un beau soleil, de la commune d’Aingeray et après embrassades matinales, en direction de Liverdun pour une randonnée de 17 km avec un arrêt prévu à 11 km, pour les personnes ne souhaitant pas effectuer tout le parcours.

Nous sommes passés derrière le golf de Nancy-Aingeray en limite de forêt communale de Sexey-les-Bois et avons pu admirer les superbes paysages automnaux avec leurs couleurs magnifiques. Notre chemin nous mena au château de la Flie avant de pique-niquer sur les bords de la Moselle.

Le château de la Flie peut accueillir les visiteurs au coeur d'un cadre verdoyant et calme car des chambres d’hôte y sont proposées.

IL ETAIT UNE FOIS LE CHATEAU DE LA FLIE...

L'histoire commence en 1830, avec l'idée portée par Alexis Husson, banquier à Toul et propriétaire du terrain, de contacter la commune pour récupérer une des sources de la Flie. Son objectif est clair : construire une habitation en lieu et place. Sept ans plus tard, les travaux commencent. Même si la source ne lui appartient pas, il s'installe dans sa nouvelle demeure.

En 1890, Nicolas Noël rachète la propriété et s'installe sur la commune en qualité de chef d'industrie.

L'usine des Pompes Noël deviendra Pont-à-Mousson SA.

UNE DEMEURE DE CHARME : Situé au bord de la Moselle, il est possible de séjourner au château de la Flie le temps d'un week-end. http://www.laflie.fr/a-propos

Après la pause pique-nique et dégustation des chocolats au piment d’Espelette rapportés de la Côte Basque, nous reprenions notre parcours sur le GR5F. Arrivés au Saut du Cerf, les gogos souhaitant s'arrêter à 11 km nous quittaient. A ce qu’il parait une dégustation de gâteau aux pommes était prévu en attendant notre retour ! LOL.

C’est à 22 gogos que nous poursuivions notre parcours avant de rejoindre la piste cyclable qui nous ramena à Aingeray. Sur place, une surprise : Du bon cidre frais et du gâteau nous attendaient !

Une bien belle journée avec un magnifique soleil. Merci encore Nath et Michel, tout était au top.

A bientôt pour de nouvelles aventures…

P1090257P1090323

P1090281P1090339

Posté par randoagogomptt à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2017

Sur les Traces des Marcaires

Très belle randonnée dimanche Sur les Traces des Marcaires avec nos 2 guides accompagnateurs de montagne : Daniel et Dominique 2.

Sur le départ, 27 gogos qui s’étaient retrouvés le matin même à DIEULOUARD de bonne heure pour une belle journée dans le massif des Vosges : Patricia 2, Gilles, Isabelle 1, Hervé, Valère, Magalie, Dominique, Jacqueline, Michel, Nathalie, Gérard, Simone, Denis, Jean-Michel 2, Didier, Patricia 1, Clélia, Marie-Carmen, Jean-Michel 1, Guy, Bernadette, Nunzia, Fred, Henri, Isabelle 2, Marie-Line et Bruno.

Arrivée sur place avec un grand soleil, le bonheur à l’état pur !!! Surtout après une journée pluvieuse et morose comme nous en avions eu une la veille.

A 10h15, nous formions 2 groupes. Premier groupe composé de 12 personnes avec Dominique 2 et deuxième groupe composé de 15 personnes avec Daniel. La journée avait pour thème : Randonnée découverte « Sur les traces des Marcaires » pour évoquer l'histoire du pastoralisme sur les Hautes Vosges au cours des siècles, la vie des Marcaires des pionniers à nos jours, les Hautes Chaumes et les fermes d'estive, les fromages, l'évolution des paysages au cours des siècles… avec visite d'une fromagerie traditionnelle et repas en ferme-auberge.

Les marcairies, sont initialement des étables où sont logés les bestiaux et où se font fabriqués les fromages cuits. Le mot vient peut-être de la francisation du mot alsacien Malker qui signifie littéralement « trayeur de lait ». Mais ceci semble être un « raccourci » selon notre guide et le nom viendrait d’ailleurs. Les marcairies, par leur histoire sont liées à la transhumance, et les fermes-auberges d’aujourd'hui, témoignent de l'activité agricole des hautes vallées qui a su s'adapter à l'activité rurale et au tourisme vert.

Si au Moyen Âge il y eut l’apparition de marcairies dans les Hautes-Vosges, à partir du XIXe siècle et plus particulièrement après la création du Club vosgien en 1872, celles-ci sont devenues des fermes-auberges. En 1966 et 1967, la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster publie dans ses annuaires le travail d’Alfred Pfleger « Das Talbuch ». Le premier tome est consacré aux coutumes et traditions marcaires, le second aux « Melkersagen und Bauerngeschichten » (aux légendes marcaires et histoires paysannes.)

Le repas marcaire (Tofailles, Roigebrageldi en Alsace haut-rhinoise...) est le menu traditionnel servi dans les fermes auberges des Hautes-Vosges que nous avons eu grand plaisir à déguster. Tout le monde était repu. Il faut dire qu’après une bonne soupe, une tourte à la viande, toffaille et viande fumé, fromage et dessert, nous ne pouvions qu’être repu☺.Tout était très bon ! Et nous sommes repartis au rythme de l’escargot après un petit café.

Avec nos 2 guides, nous avons appris plein de choses et découvert de magnifiques paysages et de belles vaches vosgiennes !!! Tout le monde fut enchanté et comme toujours la journée fut vite passée.

Nous avons respecté le timing et étions à 16h45 à nos voitures pour reprendre la route en sens inverse, direction le 54. Pas trop pressés de rentrer mais comme partout, toutes les bonnes choses ont une fin ! Encore grand merci à nos 2 guides pour cette journée.

Nous reviendrons découvrir cette belle région, avec un autre thème pourquoi pas.

P1030963

P1030971

P1090136

P1090092

Posté par randoagogomptt à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2017

Les Délices de Scarpone

delices_scarpone_2017_internetCe sont Denis et Gérard qui ont représenté cette année Rando à Gogo MPTT aux "Délices de Scarpone" en organisant une petite randonnée de 8 km, balisée la veille par Denis.

A 13h45 rue du château à Dieulouard, se retrouvaient 6 gogos : Simone et Denis, Patricia et Gilles, Jean-Michel 2 et Gérard, et 9 participants dont 2 couples et 4 enfants. Une météo mitigée n'avait peut-être pas incité les Déocustodiens à participer à cette balade.

Passage près de la piste d'aéromodélisme, avec quelques gouttes de pluie, puis passage entre les cultures et labour où Gérard a fait découvrir les fossiles d'oursins, vers le vau Frazot, puis montée dans le bois de Cuite.

Petit arrêt à Notre Dame des Airs et sa superbe vue sur la vallée de la Moselle, et descente du retour par le chemin de Trême.

Explication aux enfants intéressés du "géocaching", en leur faisant découvrir 2 caches.

A l'arrivée, les gogos en ont profité pour se désaltérer ensemble à la buvette des Délices de Scarpone, visiter le château et faire quelques achats (miel, saucisson, pâtés lorrains...) avant de se séparer. Belle journée donc qui fut appréciée de tous. Les jeunes enfants ont effectué sans difficultés le parcours comme les adultes et par chance, le  temps est resté clément malgré le mauvais temps annoncé.

Merci à Patricia 2 pour la  petite collation offerte sous le châpiteau de la fête des Délices. :-)

Au plaisir de vous retrouver,

Vos animateurs, reporters du jour : Gérard et Denis 

Posté par randoagogomptt à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Séjour Randonnée et Découverte du Béarn

Du samedi 9 au dimanche 17 septembre 2017

Cette année, ce sont 3 gogos qui se sont retrouvés pour participer au voyage proposé dans le Béarn par Progress’Forme : Betty, Fred 1 et Magalie.

Nous nous sommes levés tôt le samedi matin pour être à 7h à TOMBLAINE, Valou ayant eu la gentillesse de se lever de bonne heure pour nous y emmener.

Dans le bus, nous retrouvons quelques connaissances : Suzanne et Marie-Hélène mais également Sylviane pour ne citer qu’elles 3. Nous partons en direction de Vandoeuvre pour récupérer d’autres personnes avant de filer pour un dernier ramassage vers Allain. Une fois tout le monde installé, nous partons donc en direction du Sud-Ouest.

A 13h, nous nous arrêtons pour une pause déjeuner dans un restauroute. Un peu plus tard, quelqu’un m’appelle par mon prénom. Mais qui est-ce donc ?!? Une personne que je dois connaitre…

En fait, j’ai le plaisir de voyager sans le savoir dans le même bus que mes 2 instits de maternelle et de CP, Annie et Michèle ! C’est trop fort de retomber sur elles après tout ce temps et de s’apercevoir que la perception des choses n’est pas la même à 3 ans qu’à plus de 40. LOL

A l’époque ces 2 dames me faisaient un peu peur et me paraissaient être des dinosaures, je m’aperçois qu’elles n’ont en fait qu’une vingtaine d’année de plus que moi. 😊

Bref, superbe rencontre qui nous a replongé un peu dans le passé.

Nous poursuivons ensuite notre route et faisons étape le soir, vers 19h30, dans un hôtel à BERGERAC. Notre serveur au restau est sympa, nous rigolons de bon cœur avec le groupe. La soirée se conclut par un spectacle nocturne de notre copine Suzanne. A l’hôtel, Betty a le plaisir de constater que son flacon de dissolvant s’est renversé dans sa trousse de toilette, c’est donc grand ménage avant de se coucher et étalage de tous ses produits de beauté sur la commode.  

Dimanche matin : levés à 6h30 pour reprendre la route avec l’autocar pour un départ vers 8h. Une fois les derniers kilomètres effectués, nous sommes enfin arrivés à SALIES EN BEARN pour midi 30 où nous avons mangé à l’hôtel-club Vacanciel. L’après-midi, nous avons pu découvrir la fête du sel de Salies en Béarn. Le temps était gris et un peu pluvieux mais nous avons cependant apprécié cette journée où nous avons découvert le défilé avec ses 19 chars avec au moins 4 superbes fanfares.

La Heste de la Saü, c'est le nom béarnais de la "Fête du Sel", permet à Salies-de-Béarn de rendre hommage à l'Or Blanc, exploité 15 siècles avant J.C et qui a fait la renommée de la ville.

A la fois station thermale et de Bien-être, Salies-de-Béarn accueille les visiteurs dans ses habits de fêtes et ouvre même les portes du Musée du sel pour encore mieux comprendre son attachement au sel.

Lors de cette grande manifestation populaire et familiale, le public revêt le costume traditionnel béarnais, et tous les spectateurs sont invités à devenir les acteurs de la fête. Les rues, maisons, vitrines sont décorées avec soin sur le thème de l'année. 

Le sachet de Sel que nous n’avons pas manqué d’acheter et qui est fièrement arboré autour du cou, symbolise le véritable amateur de cette fête béarnaise unique. Il permet de financer en grande partie la réalisation de toutes ces festivités. Il est proposé par les représentants des différents chars et stands au tarif unique de 2 €. Il inclut aussi le programme du défilé des chars décorés du dimanche. C'est mieux que le foulard rouge des fêtes de Bayonne ! LOL

Le marché : L'espace de deux jours, une centaine de producteurs et artisans envahissent les ruelles de la vieille ville pour un marché gourmand et artisanal, pour le plus grand plaisir des yeux et des papilles. Un hommage aux bons produits des terroirs, aux savoir-faire locaux et à la créativité artisanale... le tout dans la bonne humeur.

Sources documentaires : http://www.tourisme-bearn-gaves.com/bearn-des-gaves/la-fete-du-sel-salies-de-bearn

Au marché gourmand, nous avons donc pu déguster et découvrir tout un panel de saveurs allant des vins, du foie gras de canard et d'oie, du jambon de Bayonne, des salaisons et viandes fumées au fromage. Cette année la rue de l'Église était entièrement dédiée à l'AOP Ossau Iraty ! Nous sommes donc rentrés à l’hôtel comme vous pouvez l’imaginer avec quelques victuailles. 😊

20170910_15594520170910_160803P1080604

 

A l’hôtel, je partageais ma chambre ma chambre avec Betty qui m’a laissé le grand lit car j’ai des grandes jambes a-t-elle dit ! Et elle, elle a pris le petit lit car elle a des petits jambes. MDR.

Quant à notre Fredo, il était royalement installé dans une belle chambre avec terrasse.

Vers 18h après la prise de possession de nos chambres, nous sommes retournés à la fête du sel pour assister au championnat du monde des porteurs de sameaux dans l'arène du Bayaa où plusieurs centaines de personnes s’étaient entassés pour encourager ces «gladiateurs».

Les sameaux sont des récipients en bois cerclés de fer, qui, autrefois, étaient utilisés pour transporter l'eau salée. Ils ont une contenance de 92 litres. Une fois rempli le sameau représente un poids de  130 kg. Par équipes de deux, le sameau est transporté à l'aide d'une barre d'acacia sur l'épaule. Il faut sprinter à travers la ville tout en perdant le moins d'eau possible.

Le soir, nous avons eu au restau (et je dois dire, qu'il en a été de même toute la semaine) un bon repas ! Grand bravo au cuisto qui s’est en plus démené pour me faire un repas sans ail chaque jour. Pas simple dans le Sud-Ouest ! ;-)

Bref, le dimanche en plus du repas sympa, nous avons eu droit au fameux gâteau basque qui est un gâteau typique du Labourd et d'une partie de la Basse-Navarre, au Pays basque, traditionnellement fourré de cerises noires, ou de crème pâtissière à l'amande ou au rhum/vanille. Miam, miam !!!

Lundi matin : changement de programme compte tenu du temps quelque peu pourri, nous avons donc inversé les randonnées prévues avec celles du mercredi. Nous sommes allés de L’Hôpital d’Orion à Sauveterre de Béarn à la découverte des églises romanes. Sur ce tronçon du sentier de St Jacques de Compostelle, le sentier vallonné offre quelques vues sur les montagnes et permet de découvrir, avant d’arriver à la cité médiévale de Sauveterre de Béarn, trois petites églises du 13ème siècle.

Si nous avons bien vu les églises, nous n’avons pas franchement vu les montagnes, le temps étant gris et à la pluie !!! Les capes de pluie et les k-ways spécial gogos étaient de sortie ! En résumé, lundi = pluie, gris, éclaircie, pluie, gris, éclaircie. Nous avions fait 3 groupes : petits marcheurs, moyens marcheurs et grands marcheurs comme à l’accoutumée. Dans notre groupe de "grands" marcheurs, nous avons effectué et ce malgré la pluie, 17 km dans la journée.

P1080654P1080662

Arrivés à Sauveterre de Béarn, nous avons fait la visite commentée de la ville avec un de nos accompagnateurs de randonnée. Sauveterre-de-Béarn :  village fortifié face aux Pyrénées. Par son nom, Sauveterre évoque que dès son origine, au XIè siècle, cette cité fut conçue comme un lieu de sauvegarde. Sa parure militaire, dont subsistent de beaux vestiges, rappelle son rôle stratégique aux confins du Béarn, de la Navarre et de l'Aquitaine.

Gaston Fébus, au XIVe siècle, complète l’ensemble fortifié. Le pont sur le gave prend alors son allure définitive. De majestueuses fêtes avec troubadours, jongleurs, musiciens, poètes, belles dames sont organisées dans son château qui devient sa résidence d’été. Passionné de chasse, cet homme cultivé, fin diplomate, aurait succombé à l’issue une partie de chasse à quelques kilomètres de Sauveterre-de-Béarn : à l’Hôpital d’Orion d’où nous étions partis le matin même.

Plus d’infos sur Sauveterre de Béarn : http://www.tourisme-bearn-gaves.com/content/sauveterre-de-béarn-village-fortifié-face-aux-pyrénées

Qui est Gaston Fébus ? Gaston III de Foix-Béarn dit Gaston Fébus (selon sa signature, on trouve parfois Phébus ou Phœbus), né le 6 décembre 1331 à Orthez ou à Foix et mort le 15 août 1391 à L'Hôpital-d'Orion, comte de Foix, vicomte de Béarn, viguier d'Andorre est un seigneur féodal de la Gascogne et du Languedoc, de même qu'un écrivain de langue française avec son célèbre ouvrage, le Livre de chasse, un manuscrit illustré sur la vénerie, et un auteur de poésies en gascon.

IMG_1452IMG_1454

 

Nous sommes rentrés à l’hôtel bien crevés vers 17h. Cette journée fut également marquée par de nouvelles retrouvailles : "Cocotte" de Foug qui connait également les parents du Fredo. Et oui, forcément entre faouins !  Mariette et Jean-Claude qui sont les parents d’un copain de ma très proche période de l’adolescence. Lol.  Et Bernard et Paule : Bernard qui était prof de physique au lycée de Toul. Le monde est donc vraiment petit !!!

Mardi 12 septembre : Excursion guidée sur la Côte Basque.

RV à 9h dans le bus pour le départ. Manque de bol le guide touristique que nous devions avoir le jour-là, a fait une péritonite dans la nuit. Branle-bas de combat donc de bon matin pour trouver un autre guide. Dominique s’est démenée et l’office du tourisme a du trouver une solution au pied levé.

Ce fut chose faite, nous avons donc rejoint Birgit (prénom qui sonne très basque.☺) à St Jean de Luz où nous sommes arrivés vers 11h, vu le retard pris au départ. Birgit, très bonne guide, qui nous a fait découvrir dans un premier temps le port de St Jean de Luz, la maison de Louis XIV et celle de Marie-Thérèse d’Autriche, Infante d'Espagne. Le mariage de Louis XIV a eu lieu à St Jean de Luz. http://www.maison-louis-xiv.fr/le-mariage,239,fr.html

Nous avons été ensuite voir la « plus spectaculaire église du Pays Basque », celle de St-Jean-de-Luz, connue donc grâce au mariage de Louis XIV. ll faut avouer que cette église est vraiment superbe ! Ensuite petite balade le long de l’océan et découverte des belles vitrines de gâteaux basques et de chocolat mais pas le temps pour une pause ! Zut. 😉

IMG_1556IMG_1559

IMG_1632

 Bien entendu Birgit nous a également donné quelques explications sur le Pays Basque : Le Pays basque ou Euskal Herria, soit le pays de la langue basque (l'euskara), est un territoire de tradition, de culture et d'histoire basque, auquel est associé un groupe ethnique, les Basques. Appelé au Moyen Âge Vasconie, il s'étend de l'Èbre à l'Adour, sur deux pays, l'Espagne principalement et la France, à cheval sur l'extrémité occidentale de la chaîne des Pyrénées, et est baigné par le golfe de Gascogne.

Il est difficile de préciser avec exactitude les contours d'Euskal Herria dont les frontières administratives ne coïncident pas toujours avec les frontières ethniques et culturelles. Selon l'Académie de la langue basque, il s'agit des territoires de langue basque nommés en 1643 par l'écrivain Axular dans l'avant-propos de son livre « Gero », à savoir les sept provinces basques traditionnelles (Zazpiak Bat) : le Labourd, la Soule, la Basse-Navarre, la Navarre, la Biscaye, l'Alava et le Guipuscoa.

  • 4 provinces se situent du côté espagnol et 3 provinces du côté français de la frontière.

Sur la base de cette définition, Le Pays basque recouvre actuellement 20 500 km2 et compte trois millions d'habitants, répartis en trois entités politiques distinctes. Deux communautés autonomes espagnoles : la communauté autonome du Pays basque (dont les trois provinces, Alava, Guipuscoa et Biscaye, représentent 35 % du territoire et 72 % de la population totale), et la Navarre (plus de 50 % du territoire et 19 % de la population totale). Ainsi qu'une portion du département français des Pyrénées-Atlantiques : le Pays basque français compte le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule et représentent 15 % du territoire et 9 % de la population.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pays_basque

Au pays basque, on peut aller à l’école basque et ce jusqu’à la terminale pour le côté français, nous-a-t-on expliqué. Tous les cours sont alors dispensés en langue basque. Si on veut ensuite poursuivre des études en basque, il faut passer la frontière.

A midi, nous avons mangé au VACANCIEL de Guéthary. Guéthary est niché entre Saint-Jean-de-Luz et Biarritz, c’est un petit village basque résolument tourné vers la mer grâce à son ancien port baleinier.

Dès le moyen âge, les ports de la côte basque sont réputés pour la chasse à la baleine. Le blason de la commune de Guéthary qui représente un guetteur sur un promontoire ainsi qu’une chaloupe de chasseurs en train d’harponner une baleine, rappelle fièrement cette tradition séculaire.

Après la pause repas, nous avons pris la route pour BAYONNE que nous avons visité en bus car on nous a expliqué que c’est essentiellement une ville administrative et le programme de notre journée étant déjà bien rempli, nous ne pouvions pas tout faire. Et oui, on a un timing à respecter même en vacances ! LOL.

Ensuite direction BIARRITZ. Pause photo près du phare de Biarritz qui est situé sur la pointe Saint-Martin, à 75 mètres d'altitude, et présente une hauteur de 47 mètres. Nous avions de cet endroit une superbe vue sur l’océan et sur les superbes allées de Tamaris. Nous avons ensuite marché jusqu’au rocher de la Vierge. Ce rocher doit son nom à la statue de la vierge qui fût installée à son sommet en 1865. La légende raconte que les pêcheurs biarrots, baleiniers à l’époque, furent pris dans une tempête terrible. Une lumière divine les guida pour rentrer au port. Les rescapés érigèrent en remerciement une statue de la vierge sur ce rocher.

Napoléon III décida de percer ce rocher et de le relier à la côte par une passerelle. La première en bois ne supporta pas les caprices de l’océan. En 1887, Gustave Eiffel se vit confier la réalisation de l’ouvrage métallique.

Superbe endroit où nous avons pu faire de jolies photos avec le soleil.

P1080790P1080798P1080823

 

Nous sommes passés avec le bus devant l’hôtel du Palais (ancienne résidence de l’impératrice Eugénie). Nous sommes également allés à ESPELETTE. Nous avons vu les fameux chapelets de piments rouges qui sèchent au soleil et avons fait quelques emplettes (et oui, avec 15.000 produits dérivés du piment, chocolat au piment, bières au piment, et j’en passe et des meilleurs, nous avions le choix. 😊)

Betty en a profité pour rapporter des chapelets en tout genre, piments rouges, piments noirs et ail ! Ouh la vilaine, elle a fait exprès pour me faire fuir. MDR.

IMG_1695IMG_1696

 

Retour à l’hôtel pour 20h et soirée chants béarnais à 21h.

Mercredi : Anniversaire de Fredo.

8h30 départ avec nos guides pour une superbe journée de randonnée au départ d’Irouléguy : petit village basque de la Basse-Navarre. Son nom en basque est Irulegiko arnoa. On y produit un vin AOC du nom d’Irouléguy. Il s'agit de l'un des plus petits vignobles de France, le seul du pays basque français. Il est classé AOC depuis 1970.

Nous avons fait une splendide randonnée avec des paysages typiques de la Basse Navarre. Nous étions avec notre guide Philippe. 650 mètres de dénivelé en pleine cagna. Pas d’ombre. On en a un peu « chier » mais cela valait franchement le détour et les efforts. 7 km de montée en plein soleil mais les paysages montagneux doivent se mériter. 15 km au total de randonnée et 19 km avec la visite de St-Jean-Pied-de-Port que nous avons réalisé dans l’après-midi. On est rentré avec des coups de soleil ! Heureusement que Magalie s’était tartinée de crème toute la journée. Dommage par contre pour notre Fredo qui avait oublié sa casquette.

IMG_1713IMG_1716IMG_1722

 

Le guide nous a expliqué en trajet que les vautours que nous avons pu voir dans les montagnes sont des espèces protégées dans les Pyrénées qui ont la chance d'avoir su conserver ses grands rapaces alors qu'ailleurs, en France, ils avaient disparu. La proximité de l'Espagne n'est sans doute pas étrangère à cette situation favorable. Depuis quelques années, les actions de protection permettent aux différentes espèces de se développer sur toute la chaîne même si certaines restent encore très fragiles.

Nous avons également vu beaucoup de moutons dans les alpages. On a pu remarquer qu’il y avait presque toujours un mouton noir parmi tout un troupeau de moutons blancs. On nous a expliqué que cela relevait d’une ancienne croyance, tel le chat noir qui porte le malheur, le mouton noir doit lui absorber le « mauvais œil » : on en met un dans le troupeau car si maladie il doit y avoir c’est le mouton noir qui récupérera toutes les maladies et les autres seront ainsi épargnés.

Nous sommes montés au sommet du mont Jara à 812 m d’altitude où nous avons pu profiter d’un panorama à 360°.

P1080867P1080878P1080886

 

Nous avons ensuite fait la visite de St Jean Pied de Port, où on nous a expliqué la différence entre les maisons typiques basques et béarnaises.

Maisons basques: Les caractéristiques extérieures sont des portes et volets colorés; les murs sont peints en blancs et le toit est en tuiles rouges. Le nom de la maison est parfois écrit en langue basque  sur ​​un panneau de bois sur le dessus de la porte ou les fenêtres.La maison labourdine est faite de torchis, elle a des pans de bois apparents, peints le plus souvent en rouge brun (rouge basque). Son orientation traditionnelle est Est-Ouest, avec l’entrée à l’est, pour se protéger des vents chargés de pluie provenant de l'océan à l’ouest. La maison de Basse-Navarre a subi l’influence de la Navarre espagnole (dont elle fit partie jusqu'en 1530) et de la géologie des sols de la région. On trouvera ainsi des maisons tout en pierre, à façade plate (sans encorbellement ni lorio) et sans colombage en bois. La pierre a été un des matériaux de base de la construction, mais la présence d’argile (et de briqueteries qui se développent au XVIIIe siècle) a également influencé la physionomie de cette bâtisse, et la brique plate a été utilisée comme matériau de remplissage des murs. En chemin, on a pu découvrir les « PORTES en forme de BOUTEILLE » : La porte d’entrée, imposante, entourée de pierres de taille de couleur (grès rose) qui donnent une forme de bouteille à l’ensemble, est surmontée d'une petite fenêtre et d’un linteau qui indique le nom et les qualités du propriétaire.

Maisons béarnaises: ces maisons sont faites de pierres, de cailloux, de tuiles et d’ardoises. La maison de plaine est bâtie avec des galets du gave noyés dans du mortier. Les maisons des fermes les plus riches sont conformes au modèle bourgeois ou urbain des XVIIIe et XIXe siècles. Ordonnées sur deux niveaux avec un toit à quatre pentes, elles sont couvertes en tuiles plates rousses. Ce type de maison est lié à l'essor de l'économie rurale (et en particulier à l'extension de la culture du maïs) et au consécutif enrichissement des catégories supérieures de la paysannerie.

P1080845P1080901P1080956

 

Au retour, petite douche vite fait bien fait et anniversaire du Fredo ! Il a été gâté : des produits locaux et un t-shirt.

Jeudi : Jour de repos du chauffeur.

Le matin : marché à Salies de Béarn et visite du musée du sel.

Malgré le temps à la pluie en cette matinée, le marché comptait pas mal d’exposants et nous avons pu faire quelques emplètes. Nous avons ensuite été à la visite commentée du musée du sel qui fut très intéressante. Installé dans une des plus anciennes maisons de Salies-de-Béarn datant du XVIIe siècle sur trois niveaux d’exposition, le Musée du Sel et des traditions béarnaises évoque l’histoire de l’exploitation du sel à l’âge de bronze, l’activité saunière à l’époque gallo-romaine et la naissance et le développement de la Cité du sel moderne. Notre guide nous expliqua tout cela avec passion.

L’après-midi : visite commentée de la Ville et petit tour aux Salines.

Connue depuis l’Antiquité, Salies-de-Béarn « Cité du sel » s’est développée autour du Sel. Pendant plusieurs siècles, la distribution de l’eau salée a rythmé la vie des Salisiens. L’acheminement de l’eau salée a joué un rôle déterminant dans l’architecture de la ville qui a adopté une configuration dite « en escargot » à partir du lieu de l’actuelle Place du Bayaà : source d’origine.

Dans ce bassin à ciel ouvert, l’eau était puisée selon un rituel très réglementé. À certaines heures de la journée, les « tiradous » (porteurs) s’emparent des « sameaux » (cuves) et courent à travers la cité pour en déverser le contenu d’eau salée dans les « coulédés » (auges de pierre) qui se trouvent devant les maisons des fabricants de sel. En 1840, une Loi sur le Sel, oblige les exploitations de sels à produire un minimum de 500 000 kg par an. La fabrication du sel est alors uniquement réalisée dans un seul site. Il s’agit de la naissance des salines de Salies-de-Béarn.

Aujourd’hui, le sel occupe toujours une place centrale au sein de la vie socio-culturelle de la ville de Salies-de-Béarn et de ses environs. Seules les Salines de Salies-de-Béarn utilisent encore la technique des poêles à sel à ciel ouvert. Elles ont fait le choix de conserver cette ancienne technique d’obtention originelle, très respectueuse du produit.

Sources : http://www.sel-salies-de-bearn.com/le-sel-de-salies-de-bearn/salies-et-les-salines/

 

P1080939P1080942P1080945

 

Nous avons également visité la crypte du Bayaà : Le Bayaà a toujours été le centre névralgique de la cité du sel depuis des siècles. C'est autour de sa source salée que s'est bâtie Salies-de-Béarn telle quelle est connue aujourd'hui. Autrefois lieu de puisage en plein air, le bassin a été recouvert d'une voute au 19ème siècle et depuis lors, cette crypte était totalement remplie d'eau salée.

Après l'évacuation de cette eau salée et d'importants travaux, la crypte peut être visitée. Cette descente sous ce qui est devenue la place principale de Salies-de-Béarn permet de pénétrer dans un espace où les jeux de lumière mettent en valeur une construction jamais dévoilée jusqu'à présent. C'était aussi l'occasion de poursuivre l’évocation de l'histoire liée à l'exploitation de l'eau salée depuis plus de 3000 ans.

IMG_1755

Nous avons également évoqué la légende du sanglier : Selon la légende, Salies-de-Béarn aurait été découverte suite à une partie de chasse. Un sanglier traqué aurait échappé à ses poursuivants. La bête blessée aurait été retrouvée dans un marécage quelques jours plus tard en train d’agoniser, les soies couvertes de cristaux de sels. Dans un dernier souffle de vie, le sanglier leur aurait déclaré en béarnais "Si you nou eri mourt, arres n'y bibéré" : « Si je n'y étais pas mort, personne n'y vivrait.". c’est ainsi que les hommes auraient découvert la présence de l’eau salée à Salies-de-Béarn et s’y seraient installés. Evidemment, même à Salies-de-Béarn, les sangliers ne parlent pas … béarnais ! LOL.

Le soir  à l’hôtel : soirée loto. Magalie, une fois n’est pas coutume, remporte un lot et repart avec une bouteille de Jurançon moelleux. Chouette !!!

Vendredi 15 septembre : Fête de Roro.

Balade le matin à ORTHEZ avec Dominique. Pas de pluie malgré le temps gris. Sur le retour, nous nous sommes arrêtés dans une cave pour découvrir les vins du Béarn. Certains sont revenus avec des bouteilles d’autres pas.

Le meilleur restant selon moi le Jurançon que nous avons pu apprécier toute la semaine lors des apéritifs à l'hôtel. 😊

IMG_1862

A midi : repas au centre de vacances.

L’après-midi : visite guidée de NAVARRENX en partie sous la pluie !!! Navarrenx, première cité bastionnée de France, étape incontournable sur le chemin de Compostelle.

Plus d’infos : http://www.ville-navarrenx.fr/histoire-ville-de-navarrenx

P1090052P1090055P1090064

 

 

Nous avons récupéré le bus complétement trempés et somme ensuite aller visiter une fromagerie à ANGOUS afin de déguster le fameux fromage AOP Ossau-Iraty à la ferme Serbielle. Benat ERBIN (cette fois-ci, c’est un vrai prénom basque. LOL) et son frère Michel nous ont donné un tas d’explications très intéressantes. Nous sommes repartis une fois de plus les bras chargés de produits locaux.

P1090069P1090071P1090073

 

Retour à l’hôtel. La soirée fut marquée par la soirée karaoké animée spécialement par Betty et Sylviane. Les 2 vedettes du jour. :-)

Samedi : Réveil à 6h30, chargement des valises, petit dej et départ à 8h15. En Route vers CLERMONT-FERRAND pour une nuitée étape. Arrêt à midi dans une ferme auberge près de Bergerac à St Géry en Dordogne : à la Ferme Auberge de la Caty où nous avons mangé comme des ogres.

Apéritif maison, soupe haricots couenne, terrine maison,  magret de canard accompagné de pommes de terre périgourdines, salade, fromages locaux, gâteau aux noix et œufs au lait, café, pousse-café (Mirabelle et Framboise) sans oublier le quart de vin de Bergerac rouge ou rosé. Bref autant vous dire que tout le monde a dormi l’après-midi dans le bus. Heureusement que le chauffeur était lui opérationnel. Il faut dire qu’il est resté soft sur le repas et n’a pas bu bien entendu !!!

Le soir arrivée à 19h30 à l’hôtel Le Châtel à ROYAT. A 20h repas : Au menu (encore super diététique), truffade avec jambon d’auvergne et tarte aux myrtilles. On en pouvait plu et certaines assiettes sont reparties presque pleines. Ensuite dodo. Et le lendemain, départ vers NANCY de bonne heure et de bonne humeur où nous sommes arrivés pour 16h.

En conclusion : très bon séjour malgré la météo un peu capricieuse parfois. Merci à Dominique G. qui a organisé ce séjour et nous a, en plus, offert une bouteille de rosé du Béarn à déguster avec modération en famille. ☺

Posté par randoagogomptt à 17:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]


04 septembre 2017

Journée des associations du samedi 2 septembre

2017-07-06Flyer forum Asso

Samedi matin, Magalie et Valère se sont levés tôt pour être à 8h au RV en vue d'installer les stands pour la journée des associations organisée par le Crédit Mutuel en partenariat avec le Ville de Dieulouard.

Vers 9h30, Jeanne et Christian nous rejoignaient pour donner un coup de main pour tenir le stand. Notre petite mascotte fut au top et prépara tous les dossiers pour les visiteurs.

10h, ouverture des portes après un petit café d’accueil entre associations exposantes : le club de handball, le tennis club, l’association des Moines, Les Sotrés, le FJEP pour les séjours au Luchpach, Microtel, le club de danse moderne, le club de danse de salon, le club canin, le football club et nous.

D’autres associations ont manqué le RV, certainement dû à la période estivale pas tout à fait encore terminée. Ce fut tout de même une bonne journée !

A midi 30, Christian et Valère partent chercher des victuailles pour nourrir les poulettes sur leur stand. Ils sont un peu long à revenir, n’est-ce pas Jeanne ?

Nous savourons nos sandwiches à 13h15. Mieux vaut tard que jamais ! 😊

L’après-midi, Denis, Simone, Brigitte et Françoise viennent en renfort. Valère est reparti à 14h, Christian et Jeanne repartent après la démonstration du club canin. Et oui, il faut bien faire les devoirs ! L'école a déjà repris pour notre mascotte.

La journée passe vite, nous papotons entre nous, avec les visiteurs et entre exposants. Certains gogos iront peut-être même tester la danse de salon en ligne. Ca va donner !!! 😉

Belle initiative de Dominique Marciniak, organisateur de cette première édition de la journée des associations à Dieulouard. La journée se conclua à 17h après le mot de remerciement de Monsieur le Maire et du Directeur du CM, M. Dominique Marciniak.

RV est déjà pris pour l’an prochain !

Grand merci aux gogos venus donner un coup de main.

 20170902_084541_001

20170902_120004

 

Posté par randoagogomptt à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Randonnée de rentrée à ECROUVES

Hier, dimanche 3 septembre, 27 gogos + 2 invités s’étaient donnés RV à Ecrouves pour notre randonnée de rentrée.

Sur le départ : Jeanne, Christian, Gérard, Betty, Catherine, Alain, Brigitte, Claudine, Colette, Elisa, Nunzia, Patricia 1, Didier, Marie-Carmen, Jean-Michel, Roland, Martine, Isabelle 1, Christine, Simone, Denis, Bernadette, Guy, Gisèle, Dominique, Valère, Magalie et nos 2 invités Anne-Marie et Laurent que nous avons eu plaisir à rencontrer.

Didier nous avait concocté un parcours aux petits oignons. 😊 Nous sommes partis de l’église d’Ecrouves Grandménil et avons emprunté la lisière du bois de Mortemoselle pour rejoindre le val des Nonnes. A midi, un bel endroit pour pique-niquer, non loin de l’ancien fort de Bruley. Nous y avons rencontré des randonneurs de Seine et Marne venus profiter des chemins de randonnée lorrains et visiter la région. A 10 km du départ, nous avions laissé une voiture (à Pagney derrière Barine) pour les personnes souhaitant s’arrêter là. 2 gogos s’arrêtèrent tandis que les autres poursuivirent leur chemin en direction d’Ecrouves.

A Ecrouves centre, une pause s’imposa pour découvrir la belle église romane. Un peu d'histoire...

Ecrouves, autrefois ...

Il y a bien des années de cela, Ecrouves était encore un des villages les plus importants du vignoble Toulois. Si l’année avait été bonne, si une gelée prématurée n’avait pas dépouillé les arbres de leur feuillage et les ceps de leurs fruits, les vendangeurs pouvaient alors, au cœur de l’automne, disputer aux oiseaux, aux mouches ou aux guêpes, les lourdes grappes de raisin noir. C’était avant que le phylloxéra ne vienne détruire une des principales richesses du Toulois. Le temps est fini où les gars du village écrabouillaient à pleines mains les grappes juteuses sur le visage des filles ! Les vieux vignerons cassés en deux par la besogne et sous le poids des lourdes terres qu’ils devaient inlassablement chaque année remonter dans les hottes, sur leurs dos, au haut de la colline, ont eux aussi disparu. Ils sont maintenant retournés à cette terre qu’ils avaient sans cesse brisée, travaillée, bêchée, binée, retournée.

Leurs pauvres instruments sont allés, avec d’autres, rejoindre dans les écomusées d’Hannonville-sous-les-Côtes ou de Bruley, ceux que la piété populaire a bien voulu nous conserver.

A Ecrouves comme ailleurs, au bas des pentes, les hommes ont remplacé la vigne par les mirabelliers. En haut de la côte, la forêt a pris la place qu’elle avait cédé au vignoble. Le village ne bruisse plus au rythme du travail de la société viticole. Au sommet de la côte, la vigne a été repoussée pour laisser la place aux forts qui ne sont plus maintenant que des ruines, vestiges d’un art militaire imposé à la France pour assurer la défense de son territoire après la défaite de 1870.

Du sommet de cette côte d’où le regard embrasse un vaste panorama, on peut se rendre compte à quel point la vallée a changé.

Tout autour de Toul, la ville et les industries ont mangé la terre. Les anciens remparts de Toul disparaissent derrière les murs des habitations. L’Ingressin et la Moselle eux aussi, n’ont pas échappé à ce désir frénétique des hommes à vouloir partout remettre en ordre la nature, ils ont été canalisés et la plaine ne leur appartient plus. (inspiré d’un texte de Paul Robaux, " Images de Meurthe-et-Moselle ")

L’Eglise Notre Dame d’Ecrouves

 

P1080549

 

L’église d’Ecrouves a été classée "Monument Historique" le 26 décembre 1883. Son clocher du XIIe siècle, sa nef remaniée au XIIIe et au XIVe siècles sont en bon état de conservation et en font un édifice intéressant.

Son intérêt est double. Selon la tradition populaire elle fut, dès le Xe siècle, un lieu de pèlerinage réputé pour la guérison des écrouelles. Le second intérêt de l’église, plus tardif, est son caractère d’église fortifiée. En effet, au XIVe siècle, d’église de pèlerinage, elle se transforma en lieu de refuge pour les habitants.

ARCHITECTURE EXTERIEURE :

Il faut admirer les modillons supportant la corniche de l’abside et la corniche bourguignonne ornant les rampants du pignon de la façade ouest, ainsi que le clocher ; il représente le type caractéristique du clocher roman lorrain avec ses baies géminées et ses niveaux séparés par des cordons de billettes. Il faut noter également la différence d’appareil entre le clocher, le bas et le haut des murs extérieurs.

Sources : http://www.ecrouves.fr/Historique-et-patrimoine

Nous n’avons malheureusement pas pu visiter l’intérieur de l’église car elle était fermée mais Jean-Michel, féru d’histoire, nous donna de nombreuses explications. La scrofule ou les écrouelles d’où vient le nom d’ECROUVES et de ses habitants les SCROFULIENS vient d’une maladie provoquée par des troubles nutritifs, qui provoque une inflammation des ganglions lymphatiques et prédispose à la tuberculose.

Après cette pause studieuse, nous avons repris notre parcours en direction de Grandménil. 13 km au total effectués dans la bonne humeur, avec de magnifiques paysages. Après le brouillard matinal, le soleil fut vite son apparition pour nous accompagner tout au long de notre trajet !

Les gogos qui ne s’étaient pas vu depuis le mois de juin pour certains, étaient contents de se retrouver. Le bronzage de certains nous laissant rêveurs.

Arrivée sur le parking initial, nous nous sommes rassemblés comme chaque année, pour effectuer le vote pour RANDOMAI 2018.

4 associations avaient été proposées cette année par les adhérents : les DSPV, Sa vie en SLO, Les Blouses Roses et Rafael Lorraine.

Dominique fit le dépouillement sous le contrôle de Didier. Magalie compta les voix et vérifia les pouvoirs.

  • 3 voix pour les Blouses Roses que nous avions eu le plaisir de soutenir lors d’une de nos précédentes éditions.
  • 6 voix pour Rafael Lorraine
  • 8 voix pour Sa vie en SLO
  • 15 voix pour les DSPV (Du Sport Plein la Vue)

La présidente a contacté les DSPV pour leur annoncer la bonne nouvelle. Les 3 autres associations tout aussi méritantes, pourront à nouveau être soumises au vote en 2018 pour RandoMai 2019.

Prochain RV le 1er octobre pour la randonnée « sur les traces des Marcaires », suivie du 15 octobre pour notre randonnée à AINGEREY. 😊

Posté par randoagogomptt à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2017

And the winners are ...

Hier a eu lieu notre événement de l'été, les INTERGOGOS qui comme chaque année scelle la fin de la saison associative autour de jeux sympathiques et d'un barbecue estival.

En ce 27 août, 30 gogos répartis en 3 équipes étaient présents :

Equipe rose : Jean-Michel 1, Valou, Jeanne, Gizou, Marie-Carmen, Christine, Betty, Henri, Isa 2 et Jacqueline

Equipe verte : Claudine, Fred 2, Martine, Geneviève, Didier, Catherine, Simone, Patricia 1, Françoise et Laurence

Equipe bleue : Aurélie, Nunzia, Dom, Colette, Gérard, Isabelle 1, Christian, Hervé, Roland et Alain

sans oublier en orange, l'arbitre officiel (la 31ème personne) : Magalie ☺

Tour à tour, les gogos ont enchainé les jeux. Chaque équipe étant drivée par son chef d'équipe : Jean-Michel pour les roses, Claudine pour les verts et Aurélie pour les bleus.

Le jeu des ballons d'abord, suivi par le jeu de la planche. A cet instant, les roses sont en tête grâce au superbe score réalisé par Christine à la planche.

11 points sont ensuite marqués par les verts et les bleus au jeu du chamboule-tout.

S'enchainent ensuite le jeu de l'aveugle et le jeu des fléchettes où Hervé met tout le monde d'accord en remportant la victoire pour les bleus.

Le temps menace, le ciel est bien gris, ça tonne au loin. Pourvu que nous passions à côté de l'orage.

A l'empilage des cubes, les 3 équipes sont ex-aequo en gagnant une manche chacun.

C'est ensuite, Gizou qui emporte les points pour les roses au jeu marin.

Aux allumettes, Catherine emporte la victoire pour son équipe.

Les 2 derniers jeux sont décisifs, le jeu des quilles et le jeu du clou.

Qui sera le grand vainqueur du jour ?

Quelques gouttes se mettent à tomber. Les hommes s'affairent à protéger toutes les affaires sous les tonnelles.

Les 2 derniers jeux peuvent ensuite se dérouler. Tout le monde donnant le meilleur pour faire gagner son équipe.

Une fois les 10 jeux terminés, Magalie compte les points et annonce les résultats malgré la belle averse qui se met à tomber.

MEDAILLE DE BRONZE : Les Bleus

MEDAILLE D'ARGENT : Les Roses

MEDAILLE D'OR : Les Verts

Explosion de joie dans l'équipe de Claudine qui aura enfin eu sa médaille d'or tant convoitée. Les verts nous enchainent un super HAKA made in gogo en guise de ralliement.

Remise des médailles après la célèbre gogoyaise. Nous poursuivons ensuite avec les photos officielles avant d'attaquer le barbecue.

L'apéritif s'effectuera à l'abris des tonnelles avant que le soleil ne revienne pour la journée.

Après le barbecue, certains vont faire une petite marche digestive, pendant que d'autres jouent aux quilles finlandaises, à la pétanque ou aux raquettes.

Une bien belle journée pour tous qui nous a également permis de remettre la médaille d'or dans la catégorie benjamine à JEANNE qui participait cette année pour la première fois aux jeux. Magalie lui a également remis un sifflet spécifique avec le logo du club qui lui permettra de seconder la présidente sur les sentiers en cas de danger en attendant que Jeanne puisse, elle aussi, un jour peut-être, suivre les formations FFRandonnée pour devenir animatrice et avoir un sifflet de responsable associatif. :-)

Les vacances touchant à leur fin, nous vous souhaitons à tous une très bonne rentrée !

 IMG_3723

 IMG_3719

 IMG_3721

Posté par randoagogomptt à 15:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2017

Rando dans la grisaille à HOUDEMONT

Nous étions pourtant le 13 août, nous nous serions cru un bon 13 octobre ! Mais faisant fi de la pluie et de la grisaille matinale, 15 gogos se sont retrouvés à Houdemont pour effectuer le parcours proposé par Gégé.

Sur le départ, Laurence, Hervé, Isa 1, Maga, Betty, Gégé, Jeanne, Christian, Didier, Patricia, Gizou, Jean-Michel, Marie-Carmen, Jacqueline et Aurélie.

Après avoir effectué un petit radio-guidage auprès d'Aurélie et Jacqueline, un peu perdues dans les méandres de Houdemont village, nous avons attaqué après un petit café, la randonnée de 11 km depuis le parking du château d'eau.

Notre parcours nous mena vers le camp d'Affrique :

La cité d'Affrique ou camp d'Affrique (parfois orthographié Afrique) est un site archéologique datant de 500 ans avant notre ère, situé sur les communes de Messein et Ludres. Plusieurs fouilles ont été effectuées vers le XIXème siècle, et quelques poteries et pointes de flèches y ont été retrouvées. Le site a donné son nom au club de tir à l'arc de Ludres : La Flèche d'Affrique.

En chemin, Gégé nous donna quelques explications sur le site.

Le camp de la cité d'Affrique, implanté à l'extrémité sud-est du plateau de Haye, semble avoir été occupé dès le Ve siècle av. J.-C. Deux enceintes distinctes ont été édifiées à cette époque ; l'enceinte principale, d'une superficie de 5 hectares, était protégée par une double fortification large de 55 mètres. L'enceinte secondaire, appelée « Vieux marché », a été aménagée sur une terrasse descendant vers Ludres.

L'extrémité de l'éperon fortifié surplombe une falaise, où s'ouvrent d'anciennes galeries de mines. Des outils de mineurs celtes y ont été retrouvés. La découverte d'un atelier de bronzier atteste, par ailleurs, de l'existence d'une production métallurgique dans l'enceinte fortifiée. La cité d'Affrique jouait probablement un rôle économique important dans la production, et vraisemblablement la commercialisation d'objets en bronze, notamment de fibules typiques de la période hallstattienne.

Si l'activité minière du site est très probable dès l'époque celtique, il ne faut cependant pas en faire un grand centre d'exploitation minière, ni surévaluer son activité métallurgique. La découverte de scories ne signifie pas que la réduction du minerai se faisait sur place. Les fouilles n'ont pas encore livré de vestiges de bas-fourneaux métallurgiques, pas plus qu'elles ne laissent supposer une activité de forge.

La fouille des remparts principaux a révélé qu'ils ont été construits selon une technique alliant la pierre, l'argile et la chaux. Celle-ci, produite sur place constituait le cœur du rempart. Appartenant à la famille des remparts calcinés, le rempart de Messein pourrait résulter d'un acte de construction et non de destruction comme cela est parfois supposé.

L'habitat semble avoir été localisé principalement le long des remparts intérieurs et en bordure de falaise.

A 12h30 sonna l'heure de la pause repas : A l'abris, je vous prie ! Après avoir dégusté les bons nougats d'Ardèche d'Aurélie et les mirabelles de Jeanne et Christian, nous avons fait un petit cours de gym sur le plateau. En tête, Jeanne, suivie de Betty, Laurence, Didier et Jean-Mi. :-)

Sur le retour, nous avons pu admirer les belles villas sur les hauteurs de Houdemont. Gizou est repartie plein de souvenirs en tête de ses tendres années passées dans ce bourg. ;-) Nous avons même pu apercevoir son ancienne demeure.

Un beau parcours. Malgré la pluie, nous avons passé un moment convivial.

Prochain RV : le 27 août pour les InterGogos. ☺♥

Posté par randoagogomptt à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2017

Invitation des DSPV

A l’invitation de l’association DSPV, « Du Sport Plein la Vue », trois membres de Rando à Gogo, Jean-Michel 1, Denis et Gérard, qui est également animateur pour les DSPV avec Francine (co-animatrice rando-santé) depuis quelques mois; ont participé à la randonnée au Père Hilarion et à la Croix des Carmes.

Ce mercredi 19 juillet à 10h00, le soleil et la chaleur (supportable) étaient au rendez-vous, ainsi que les Gogos et animateurs, pour accueillir les 10 DSPV et accompagnateurs + un Labrador à la gare de Pont à Mousson.

Après avoir traversé la voie ferrée par la passerelle, nous avons suivi un sentier en bordure d’un ruisseau, puis parcouru des ruelles de Maidières peu fréquentées, pour atteindre et traverser Montauville.

Ensuite un chemin pentu et empierré nous a emmené à l’ombre de la forêt de Bois le Prêtre, jusqu’à une clairière où nous attendait Roger, président de l’association du Père Hilarion, un peu avant midi.

Roger nous y expliqua les origines de ce site, et nous accompagna jusqu’à la maison, où il nous raconta l’histoire du père Hilarion (disciple de saint Hilaire).

A l’arrivée, nous avons pu nous désaltérer à la fontaine où coule une eau excellente et bien fraîche, puis pique-niquer à l’ombre en bordure d’un petit ruisseau.

Après le repas, nous avons repris le chemin pour atteindre le monument de la Croix des Carmes.

Horaires respectés, Gérard a proposé de passer au retour par le cimetière militaire (1914-1918) du Pétant, en y donnant quelques explications.

Hormis la cheville douloureuse d’une randonneuse suite à une torsion, les presque 16km ont été avalés avec plaisir, pour se séparer à la gare où les DSPV ont repris le train de Nancy.

Au plaisir de vous retrouver,

Votre reporter du jour : Gégé

 

La croix des carmes 2 (004)

 

Posté par randoagogomptt à 17:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]